Lenk, Sabine: “Pour une théorie de la restauration de films”, 24.03.08

mebeli

Sabine Lenk
Pour une théorie de la restauration de films

Ihr schafft den Sinn, ihr braucht ihn nicht zu verstehen. Ihr müßt es in den Fingerspitzen haben, nicht im Kopf. Und dennoch, Freunde, es gehört zur Würde eines jeden Berufes, daß er seine Theorie hat.Denn mit der Praxis ist es so wie mit der Kunst des Wunderdoktors. Er kennt keine Theorie, die Erfahrung diktiert ihm seine Rezepte, und er kuriert oft besser als der gelehrte Arzt. Aber doch nur die Fälle, die ihm schon untergekommen sind. Neuen Problemen steht er ratlos gegenüber. Denn Erfahrung kann sich naturgemäß nur darauf beziehen, was schon dagewesen ist, und er hat keine Methode, das Neue zu erforschen.
(Béla Balázs, Der sichtbare Mensch (1924)

“Ce film a été restauré par l’archive A.” Le spectateur qui voit pour la première fois un tel générique s’étonne peut-être : de quoi s’agit-il ? d’une publicité ? d’une promesse ? d’un avertissement ? Il continue à lire : Reconstruction et montage : Mme B. Est-ce une signature d’artiste ? un certificat d’authenticité délivré par une autorité ? Quelque peu confus, il commence à regarder les premières images.

[Read more →]

Weber, Thomas: “Cinéma comme lieu de mémoire”, 24.03.08

Thomas Weber

Cinéma comme lieu de mémoire

Une analyse du traitement esthétique de la Mémoire par le cinéma peut être tentée à partir de l’idée que la représentation de la Mémoire au cinéma est le reflet des possibilités mêmes de ce médium. Il ne s’agit donc pas ici d’analyser le contenu concret de la Mémoire, mais les formes propres au cinéma que revêt la transmission de la Mémoire.

[Read more →]

Boulestreau, Nicole: “Quelques frayages dans les émission télévisées sur l’art”, 24.03.08

Nicole Boulestreau
Quelques frayages dans les émissions télévisées sur l’art

La question de la construction d’une mémoire de l’art à la télévision a-t-elle un sens ? C’était une question saugrenue tant que les fonds archivés n’étaient pas ouverts aux chercheurs. La mémoire éditoriale des contenus, pour des chaînes publiques économiquement concurrentes, reste un impensé de la télévision en tant que production de flux. Cependant, si elle tient sa place dans les nombreuses médiations- relais de l’actualité artistique, surtout quand il s’agit d’art contemporain, la télévision grâce à ses prothèses enregistreuses ne cesse en même temps d’en accumuler et d’en stratifier les traces selon ses propres lois.

[Read more →]